2 minutes 4 semaines

La Belgique a accordé le statut de réfugié politique à Franck Diongo, opposant de longue date au régime en République démocratique du Congo (RDC) et au président Félix Tshisekedi, a rapporté mardi son avocat Alexis Deswaef. Lors d’une conférence de presse à Bruxelles, il a également annoncé le dépôt d’une plainte pénale contre les plus hautes autorités congolaises pour les tortures subies par l’opposant lors de sa détention l’année dernière. La justice belge est compétente en raison de la nationalité belge du général-major Christian Ndaywel, chef des renseignements militaires, a-t-il expliqué.

Franck Diongo est le président du parti politique « Mouvement lumumbiste progressif » (MLP). Il était candidat à l’élection présidentielle de 2023, mais s’est retiré pour soutenir Moïse Katumbi. Mardi à Bruxelles, Franck Diongo a dénoncé « la dictature sanguinaire » de Félix Tshisekedi, finalement réélu, ainsi que les conditions de sa « détention arbitraire » l’été dernier.

L’opposant a subi pendant vingt jours des actes de torture « innommables » dans les sous-sols des renseignements militaires, sous les ordres du général-major Christian Ndaywel, a précisé son avocat Alexis Deswaef. Franck Diongo est arrivé en Belgique en décembre dernier. Le Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA) lui a reconnu ce statut début mai.

Une plainte a également été déposée en juin auprès du procureur fédéral, fondée sur la nationalité belge de l’auteur présumé des crimes. Elle dénonce l’enlèvement et la détention arbitraire de l’opposant l’été dernier, ainsi que des actes de torture, d’empoisonnement et de privation de sommeil.

Avec la RTBF

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *