6 minutes 6 mois

Des  chinois seraient intéressés par les mines de cuivre et de cobalt du groupe, comme celle de l’Étoile en République démocratique du Congo. Mais le gouvernement américain tente également de négocier des propositions d’investisseurs occidentaux ou moyen-orientaux pour éviter que les actifs ne tombent entre les mains des Chinois.

La vente prévue du groupe basé à Dubaï devrait intensifier la bataille pour les minéraux critiques. Des  chinois seraient intéressés par les mines de cuivre et de cobalt du groupe Chemaf.

Chemaf Resources, le groupe minier du Golfe en difficulté, a embauché un conseiller pour l’aider à vendre la société et ses mines stratégiques de cuivre et de cobalt en République démocratique du Congo pour une valorisation de l’ordre d’un milliard de dollars.

La vente prévue du groupe minier basé à Dubaï, dont le principal créancier est la société mondiale de négoce de matières premières Trafigura, devrait devenir un affrontement majeur dans la bataille entre les États-Unis et la Chine pour les minéraux critiques. Le lancement d’un processus de vente a suscité un vif intérêt de la part des  chinois, selon trois sources proches du dossier. Mais le gouvernement américain tente également de négocier des propositions d’investisseurs occidentaux ou moyen-orientaux pour éviter que les actifs ne tombent entre les mains des Chinois, selon deux sources proches du dossier.

Le cuivre et le cobalt sont tous deux considérés comme essentiels à la transition vers une énergie propre, car ce sont des matériaux essentiels à l’énergie renouvelable, aux voitures et batteries électriques, ainsi qu’à d’autres utilisations industrielles. Washington a intensifié son engagement cette année pour trouver des moyens de contrer la domination de la Chine sur les ressources minérales de l’Afrique, alors que la plus grande économie mondiale cherche à rivaliser dans les technologies d’énergie propre.

Le gouvernement américain entreprend une révision du financement de 250 millions de dollars pour le chemin de fer du corridor de Lobito, une route commerciale clé, pour exporter les produits de base de la RDC et de la Zambie vers l’ouest via l’Angola. Chemaf, basée à Dubaï, doit injecter des capitaux dans ses activités pour faire face aux factures de ses créanciers et achever les projets en construction, car la chute des prix du cobalt et la hausse de l’inflation des coûts ont aggravé les pertes et augmenté les besoins en dépenses d’investissement.

Le groupe envisage une série d’options, la vente totale plutôt que partielle étant l’option privilégiée par l’entreprise, ont indiqué les trois personnes proches du dossier.

Jeremy Meynert, ancien cadre du groupe australien de minerai de fer Fortescue et ancien banquier d’affaires chez Citi, pour diriger le processus de vente

Le groupe a embauché Jeremy Meynert, ancien cadre du groupe australien de minerai de fer Fortescue et ancien banquier d’affaires chez Citi, pour diriger le processus de vente. Chemaf a refusé de commenter. La vente comprendrait 690 millions de dollars de dette, dont environ 510 millions de dollars ont été arrangés par un syndicat dirigé par Trafigura, basé à Singapour, tout en répondant au désir du fondateur et propriétaire Shiraz Virji d’encaisser.

La vente pourrait contraindre Trafigura, qui détient une promesse contractuelle de recevoir la totalité de la production future de Chemaf pendant toute la durée de vie des mines, à réduire considérablement sa dette ou à ajuster son futur contrat d’approvisionnement, ont déclaré les trois personnes proches du dossier. Les déboires de Chemaf ont aggravé les problèmes de la division métaux de Trafigura, avec une bataille judiciaire en cours concernant une énorme fraude au nickel, révélée en début d’année, qui pèse toujours sur le groupe.

Trafigura a affirmé en février avoir été victime d’une « fraude systématique » qui a conduit à une dépréciation de 590 millions de dollars après avoir découvert que de prétendues expéditions de nickel ne contenaient pas ce métal précieux. « Nous soutenons les efforts de Chemaf pour conclure un processus de vente réussi », a déclaré Daniel von Arx, responsable mondial des métaux pour batteries chez Trafigura.

La société a demandé aux soumissionnaires des propositions pour  régler avec les créanciers et le partenaire d’approvisionnement Trafigura, et prévoit de dépenser 250 à 300 millions de dollars pour achever l’extension de sa mine Etoile et la construction de sa nouvelle mine Mutoshi en RDC. Chemaf vise à produire 75 000 tonnes de cuivre et 25 000 tonnes d’hydroxyde de cobalt par an, une fois les deux projets miniers terminés, ce qui en fera des atouts importants pour le gouvernement de la RDC et pour l’approvisionnement mondial.

Chemaf a été fondée en 2001 par Virji, qui dirigeait une entreprise de cash-and-carry au Royaume-Uni et possédait une entreprise d’exportation de produits pharmaceutiques. Chemaf est entrée dans le secteur minier de la RDC alors que celui-ci s’ouvrait au secteur privé avec l’arrivée au pouvoir de l’ancien président Joseph Kabila.

FT

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *