4 minutes 1 mois

Le gouvernement rwandais a demandé à l’Union africaine de ne pas soutenir la mission de la Communauté de l’Afrique australe en République démocratique du Congo, connue sous le nom de SAMIDRC, en soulignant que cela aggraverait la situation.

Le 4 mars 2024, s’est tenue une réunion du Conseil de paix et de sécurité de l’UA pour discuter du soutien à la SAMIDRC et solliciter l’aide de l’Union africaine et d’autres partenaires. Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Dr Vincent Biruta, a écrit une lettre à l’UA le 3 mars 2024, exprimant les préoccupations du Rwanda bien qu’il n’ait pas été invité à la réunion.

Le Ministre Biruta a informé la Commission de l’UA que la collaboration entre les forces de la SAMIDRC et les Forces de défense de l’État de la RDC posait un risque pour la sécurité du Rwanda. Il a souligné que certains groupes au sein de la SAMIDRC étaient liés à des idéologies génocidaires, tels que les FDLR et un groupe appelé Wazalendo, en plus d’autres groupes armés indépendants, dont un associé à « Blackwater », comme indiqué dans un rapport d’experts de l’ONU publié en décembre 2023.

Le Ministre a déclaré que la SAMIDRC ne devrait pas remplacer les pourparlers politiques bloqués par le gouvernement de la RDC et a appelé l’Union africaine à ne pas reconnaître ni soutenir cette mission. Il a rappelé que les tensions en RDC remontaient à juillet 1994, lorsque des membres du génocide rwandais s’étaient réfugiés en RDC, alors appelée Zaïre, et avaient été soutenus par le gouvernement de ce pays pour semer le trouble.

Le ministre Biruta a souligné que les FDLR avaient pour objectif de déstabiliser le Rwanda en propageant l’idéologie génocidaire en RDC, causant des souffrances aux Congolais d’origine tutsie. Il a critiqué le refus du gouvernement de la RDC d’opter pour le dialogue pour résoudre le conflit, préférant la voie de la guerre en expulsant les troupes de la Communauté d’Afrique de l’Est.

Il a également mentionné que les troupes de la SAMIDRC étaient intervenues dans l’est de la RDC pour soutenir les dirigeants locaux qui ne respectaient pas les accords de paix conclus à Nairobi et Luanda en 2022. Le ministre Biruta a alerté l’UA sur un complot impliquant les FDLR, le président de la RDC Félix Tshisekedi et le président burundais Evariste Ndayishimiye visant à renverser le gouvernement rwandais.

Il a souligné que l’aide apportée à la SAMIDRC par l’UA et ses partenaires ne ferait qu’exacerber le conflit en cours et soutenir un gouvernement qui refuse le dialogue pour résoudre les tensions. Le Rwanda appelle donc à privilégier la voie de la paix à travers les négociations de Nairobi et Luanda. Le ministre Biruta a invité les membres du Conseil de Paix et de Sécurité de l’UA à se rendre dans la région des Grands Lacs pour mieux comprendre la situation et rechercher des solutions pacifiques.

iGIHE

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *