2 minutes 8 mois

Le président ougandais, Yoweri Museveni, a accusé la Banque mondiale de faire pression sur son pays pour le forcer à abandonner sa loi anti-homosexualité.

En réponse, Museveni a déclaré que les Ougandais se développeront avec ou sans prêts de la Banque mondiale. Il a affirmé que la Banque mondiale et d’autres tentent de faire pression sur l’Ouganda pour abandonner sa foi, sa culture, ses principes et sa souveraineté en utilisant l’argent. Cependant, Museveni a ajouté que l’Ouganda continuerait à discuter avec la Banque mondiale pour éviter tout écart possible.

La Banque mondiale a suspendu tout nouveau prêt à Kampala en raison de la loi anti-homosexualité promulguée par le président le 29 mai, considérée comme l’une des plus répressives au monde. Cette loi a choqué les groupes de défense des droits humains et des pays occidentaux.

Elle prévoit de lourdes peines pour les personnes ayant des relations homosexuelles et faisant la « promotion » de l’homosexualité. Un crime d’ « homosexualité aggravée » est passible de la peine de mort, mais cette sentence n’est plus appliquée depuis des années en Ouganda.

Lazix

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *