5 minutes 5 mois

L’attaque récente  du Hamas contre Israël  a changé la donne au niveau international. Le conflit Palestino – israélien est revenu au menu. L’onde de choc qu’a provoqué cette attaque qualifiée du 11 septembre juif a provoqué le plus “grand retour, un grand  “aliyah général “des réservistes israéliens œuvrant à l’étranger. Ces  réservistes et prestataires militaires privés œuvrant a l’étranger sont rentrés pour combattre et défendre l’État hébreu.

Cette mobilisation générale des réservistes israéliens  a conduit au rappel de dizaines d’instructeurs employés par des entreprises militaires privées en République démocratique du Congo .

En effet, des sociétés israéliennes opèrent en RDC pour former des unités de l’armée aux techniques des forces spéciales. Selon les informations d’Africa Intelligence, ces prestataires israéliens sont présents dans plusieurs camps de la GR, autour de Kinshasa et dans la province du Kongo-Central, ainsi que dans le site de Kimbembe, à une dizaine de kilomètres de la ville minière de Lubumbashi. Là, ils participent à la formation du régiment de la GR, des forces spéciales dotées d’équipement de visée nocturne et spécialisées dans le combat de nuit.

Une coopération menée dans l’ombre entre l’Etat congolais et des opérateurs privés et surtout que le président congolais Félix Tshisekedi avait annoncé son intention de transférer l’ambassade congolaise de Tel-Aviv à Jérusalem.

Pour pallier les faiblesses de son armée en guerre contre le M23, l’exécutif congolais s’était  attaché en toute discrétion les services de sociétés de sécurité israéliennes. Plusieurs de ces prestataires étaient  à l’œuvre depuis près d’un an sur le territoire congolais pour fournir de l’équipement et assurer la formation de certaines unités des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC).

La société de sécurité privée israélienne Beni Tal Security (BTS) assurait  la formation d’un bataillon de la Garde républicaine, à Kitona.  Elle fournissait également les armes légères et les drones israéliens nécessaires à la montée en puissance de cette unité, a  indiqué Africa Intelligence .

Les sociétés en question étaient particulièrement discrètes au Congo avant leur rapatriement, la mobilisation générale du Tsahal pour la survie de l ‘état d’Israël, oblige . L’une d’entre elles s’était  présentée comme Synergy ». Elle opérait  en particulier auprès de la Garde républicaine (GR), une unité d’élite dirigée par le général-major Ephraïm Kabi. Composée d’environ 12 000 hommes, elle est chargée de la garde et de la protection du chef de l’Etat Félix Tshisekedi et de sa famille. Ses membres peuvent toutefois être engagés au combat, suivant les circonstances.

Notons que l’offensive israélienne de Gaza ne joue pas en faveur du président Félix Tshisekedi en quête d’un transfert à l’ambassade congolaise à Jérusalem pour s’offrir l’appui des lobbies juifs. Au moment où certains pays réduisent ou rappellent leurs diplomates d’Israël, le président congolais Félix Tshisekedi ne peut pas risquer une telle action diplomatique de transfert de L’ambassade congolaise de Tel-Aviv à Jérusalem. Félix Tshisekedi a besoin de l’appui de Ramaphosa et de la SADC pour faire face au Rwanda. Notons que l’Afrique du Sud est le principal soutien en Afrique de la cause palestinienne avec l’Algérie et la Tunisie.

Aime Binda avec AI

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *