3 minutes 10 mois

* Je rejoindrai le lieu de mon affectation notifiée sans désistement ou mécontentement », a promis depuis l’Inde où il est en soins, le Commissaire divisionnaire.*Donc, contrairement à ce que prétendent certaines mauvaises langues, l’officier général n’est jamais mécontent de sa nouvelle affectation.Objet depuis quelques jours ‘’d’informations calomnieuses et diffamatoires’’ diffusées sur des medias et des réseaux sociaux, le commissaire divisionnaire Kasongo Kitengie Sylvano a tenu à rétablir la vérité dans l’opinion.Dans une mise au point datée du 24 juillet courant, le Général Kasongo Kitenge Silvano a tenu à tordre le cou à toutes ces rumeurs qui ont été colportées à son endroit et qui ont écorché la dignité et l’honneur de cet officier général.Il a saisi donc cette occasion pour dissiper tous ces faux bruits et faire, par conséquent, mise en garde contre toutes ces personnes qui lui attribuent des faits farfelus. Cette mise au point précise que c’est après plusieurs reports, en raison de soucis de sa santé non négligeables, qui ont conduit le Commissaire divisionnaire à poursuivre des soins spécialisés pour lesquels il a obtenu toutes les autorisations possibles.Silvano Kasongo a levé également les zones d’ombre sur son nouveau lieu d’affection qui est la province du Kasaï. Celui qui se qualifie de policier « apolitique » annonce avec courage et fierté que sa nouvelle affectation sera exécutée avec honneur et qu’il est disposé à servir son pays sans hésitation partout sur le territoire national et ce, jusqu’au sacrifice suprême. Le général Kasongo Kitenge promet de rejoindre le lieu de son affectation notifiée sans désistement ou mécontentement.Donc, il n’est jamais mécontent de sa nouvelle affectation comme le prétendent certaines mauvaises langues.Le Commissaire divisionnaire a invité les uns et les autres à éviter tout propos diffamatoire et toute médisance qui sont passibles des poursuites judiciaires. Il en a, par conséquent, appelé au patriotisme en maintenant intacte « l’image de nos institutions, de nos forces de sécurité et de défense (…) et de nos officiers généraux ».

Kléber KUNGU

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *