14 minutes 1 mois

Comment la Russie utilise les arts, l’éducation et les collaborations scientifiques comme outils stratégiques pour amplifier son influence à travers l’Afrique.

Ces dernières années, la Russie s’est lancée dans une vaste campagne visant à renforcer son influence en Afrique à travers des initiatives éducatives, en tirant parti des tactiques de soft power pour approfondir ses liens avec le continent. Cet effort stratégique remonte au premier sommet Russie-Afrique de 2019 , au cours duquel le président Vladimir Poutine a jeté les bases d’une collaboration plus étroite.
Lors de l’événement, la Russie a été présentée comme un allié stratégique fiable sur le continent. Il visait également à consolider les accords de contrats militaires avec divers pays. Par exemple, le gouvernement nigérian s’est engagé à acquérir des hélicoptères d’attaque russes.
S’appuyant sur la dynamique du sommet, le deuxième sommet Russie-Afrique s’est tenu en 2023, attirant 17 chefs d’État africains. Au cours de cet événement, la Russie a conclu plusieurs accords avec ces dirigeants. Ces accords portaient sur des questions telles que la prévention d’une course aux armements dans l’espace, le renforcement de la coopération en matière de sécurité de l’information et la lutte conjointe contre le terrorisme sur le continent.
Programmes de langue russe proposés aux Africains dès 2019
L’une des initiatives marquantes annoncées par Poutine lors du sommet a été le lancement d’un projet éducatif global visant à introduire la langue russe dans toute l’Afrique. Cet effort ambitieux, soutenu par le ministère russe de l’Éducation, visait à établir un vaste réseau de centres d’éducation ouverts à travers le continent. Cette initiative, qui vise à terme à introduire la langue russe dans plus de 50 pays, a débuté avec 28 nations. Il vise à accroître l’importance de la langue russe en Afrique et à accroître l’admission des étudiants africains dans les universités russes, ce qui vise à renforcer les liens entre les deux régions.
Cependant, les multiples accords sur les arts, l’éducation et la science signés lors du sommet de 2023 faisaient partie d’un plan déjà en marche depuis 2019 après les discussions lors du sommet précédent. En juillet 2020, la Russie a lancé le programme en ligne « La Russie lointaine en Afrique » pour présenter la langue russe aux Africains. La première phase du programme a impliqué 150 étudiants et enseignants africains du Kenya, de Madagascar, de Maurice, du Rwanda, de l’Ouganda, de Tanzanie et de Zambie, qui ont participé à un cours intensif de russe de 12 jours. La Russie a complété les études en ligne par des cours en personne.
Développer les centres éducatifs russes en Afrique
Au-delà des classes virtuelles, la Russie a annoncé la création de centres d’éducation physique ouverte en mars 2023. Ces pôles culturels ont été conçus pour enseigner la langue russe aux écoliers africains par l’intermédiaire de la Fondation Russkiy Mir (Fondation russe du monde), qui a développé des centres d’éducation en partenariat avec établissements d’enseignement à travers le monde.
Cette organisation parrainée par le gouvernement, créée en juin 2007, relève à la fois du ministère des Affaires étrangères et du ministère de l’Éducation et des Sciences. Son mandat est de promouvoir la langue russe en tant que patrimoine national de la Russie et aspect important de la culture russe et mondiale. La fondation était également chargée de développer des programmes d’enseignement de la langue russe à travers le monde.
La création de ces centres a été confiée à différentes universités régionales de Russie. Par exemple, l’Université pédagogique de Voronej a été chargée d’ouvrir un centre de langue russe au service de la République démocratique du Congo (RDC) et de la République du Congo ; en Zambie et en Namibie, des centres de langue russe ont été ouverts par l’Université RUDN de Moscou ; et l’Université de Chelyabinsk a été chargée de fournir des professeurs de russe au Mali et au Sénégal. En mai 2021, il existait 117 centres russes dans 53 pays du monde, dont huit en Afrique.
Afin d’intégrer davantage les langues africaines dans son paysage éducatif, la Russie a annoncé en mars 2023 que des langues africaines comme le swahili et l’amharique seraient enseignées dans les écoles russes. Trois écoles de Moscou ont commencé à enseigner le swahili ou l’amharique comme deuxième langue étrangère aux jeunes Russes en septembre 2023. Cette nouvelle étape dans l’enseignement des langues russes est importante pour l’établissement de liens économiques, diplomatiques et culturels avec le continent africain. À l’école n° 1522 de Moscou, l’amharique est enseigné par deux étudiants de l’Institut des pays asiatiques et africains de l’Université d’État Lomonossov de Moscou.
Établir des partenariats avec des universités africaines
Pour commémorer sa coopération éducative avec la Russie, l’Université de Kinshasa en RDC a érigé le 27 janvier 2023 un monument au cosmonaute russe Youri Gagarine lors d’une cérémonie en présence de diplomates, d’enseignants et d’étudiants russes.
En novembre 2023, l’Université technique de Saint-Pétersbourg a signé des accords avec divers établissements d’enseignement supérieur du Mali , dont l’École nationale d’ingénieurs, l’Université des sciences humaines et sociales et l’Université privée Ahmed Baba, toutes basées à Bamako. Les accords visaient à lancer un centre de langue russe, un centre d’information du Consortium du réseau universitaire russo-africain et un centre de formation préuniversitaire. Ce dernier formera les gens à la gestion de la nature et à la protection de l’environnement, développera de nouveaux systèmes de gestion et de protection des ressources naturelles, développera les énergies propres et préservera le patrimoine culturel.
La Russie a déjà créé des universités pour les étudiants africains, comme l’Université égypto-russe en Égypte et l’Université russe de l’amitié des peuples, basée à Moscou, fondée en 1960 pour soutenir les pays nouvellement indépendants. Ces institutions se sont historiquement alignées sur les objectifs de politique étrangère soviétique, en particulier ceux des pays non alignés. En 2021, la Russie a lancé le Réseau universitaire russo-africain pour rassembler les universités africaines et russes sous une seule institution.
Introduction de programmes d’éducation spécialisée
Allant au-delà des domaines conventionnels comme l’ingénierie et les sciences médicales, la Russie élargit son champ d’éducation pour inclure le journalisme et la religion dans des programmes spéciaux adaptés aux étudiants africains. Le 22 septembre 2023, le président de l’Administration spirituelle des musulmans de la Fédération de Russie, le mufti Cheikh Ravil Gainutdin, et le Conseil des muftis de Russie ont conclu un accord de coopération avec le Burkina Faso. Cette collaboration vise à couvrir des projets internationaux, scientifiques, théologiques, éducatifs et culturels, en soulignant l’importance de l’éducation religieuse et laïque. Les partis envisagent de faciliter les échanges d’étudiants pour une meilleure compréhension entre les institutions religieuses et non religieuses, tout en luttant conjointement contre la montée des idéologies extrémistes parmi les jeunes.
Le 1er août 2023, l’Exarchat africain a rapporté que l’Église orthodoxe russe en Afrique avait parrainé 10 étudiants pour étudier la langue russe à l’Académie théologique de Saint-Pétersbourg et sept autres étudiants pour étudier à Moscou. De même, en décembre 2023, l’Exarchat patriarcal orthodoxe russe a rapporté que neuf autres étudiants africains provenant de pays sous la responsabilité pastorale de l’Exarchat patriarcal orthodoxe russe d’Afrique étaient arrivés à Moscou, où ils ont rencontré l’exarque patriarcal par intérim d’Afrique, Mgr Constantin de Zaraisk. Ces étudiants, originaires du Bénin, de la RDC, du Kenya et du Malawi, se sont inscrits au département préparatoire de l’Académie théologique de Moscou.
Établir des partenariats en matière d’enseignement scientifique et technologique
La Russie exploite également ses prouesses technologiques pour étendre son influence éducative en Afrique. Les développements récents incluent la création d’un centre de langue russe au Mali et le lancement d’entreprises éducatives au Nigeria dirigées par la société technologique russe Robbo. Le 10 août 2023, Robbo, connu pour développer des kits robotiques edtech, a lancé deux projets éducatifs au Nigeria, en investissant 20 000 $. Ces projets, situés à la Highlander Open School de Lagos et à l’Institut national de l’Université de l’information de Port Harcourt, offrent aux étudiants des expériences d’apprentissage pratiques dans les technologies de pointe comme la modélisation 3D et l’impression 3D, ainsi que les principes fondamentaux de la microélectronique et circuits.
Lors d’une visite officielle en Russie le 28 septembre 2023, le président sud-soudanais Salva Kiir s’est entretenu avec Poutine au Kremlin. Poutine a exprimé son optimisme quant au développement d’un projet de raffinerie au Soudan du Sud avec une entreprise russe, soulignant son potentiel à renforcer les relations commerciales et économiques. Poutine a souligné l’importance d’une coopération continue dans les efforts humanitaires et a également suggéré que les Sud-Soudanais pourraient bénéficier d’une éducation dans les institutions russes.
Du 23 au 25 octobre 2023, la Maison Russe de Dar es Salaam a accueilli un événement sur la robotique et l’astronomie. Le forum comprenait une apparition spéciale du cosmonaute russe Anton Shkaplerov et comprenait une projection du film russe « Challenge ». Plus de 800 étudiants tanzaniens ont participé à l’événement, qui a bénéficié d’une large couverture sur le site Internet de RT .
L’expansion de l’influence russe dans des domaines spécialisés tels que les médias , la religion et la sécurité suscite des inquiétudes quant au potentiel d’influence idéologique, les accords de coopération compromettant potentiellement la diversité de pensée et de valeurs dans les démocraties africaines. Les experts préviennent que les efforts de la Russie pour se positionner comme un allié des pays africains et favoriser un sentiment anti-occidental pourraient intensifier la concurrence stratégique mondiale entre la Russie et l’Occident, transformant potentiellement l’Afrique en un point central. Ils préviennent également que le soutien de la Russie à des gouvernements autoritaires, y compris une série de coups d’État en Afrique ces dernières années, sape les aspirations démocratiques de l’Afrique.
Les efforts diplomatiques renouvelés de la Russie portent leurs fruits
Une enquête approfondie menée par Code for Africa a révélé une manœuvre stratégique de la Russie pour récupérer son ancienne domination de l’ère soviétique sur le continent africain, en utilisant une approche multiforme combinant des initiatives éducatives, des programmes linguistiques et des partenariats commerciaux. Cette résurgence survient au lendemain des sanctions occidentales imposées à la Russie suite à son invasion controversée de l’Ukraine. Après l’effondrement de l’Union soviétique au début des années 1990, la Russie a pris ses distances avec l’Afrique. Son influence économique et militaire dans des pays comme l’Angola, la Guinée-Bissau et le Mozambique a diminué et a finalement disparu. Cependant, depuis le milieu des années 2000, la Russie tente de raviver ses relations de l’ère soviétique à travers le continent. Les efforts diplomatiques renouvelés de la Russie en Afrique ont débuté après l’annexion de la Crimée en 2014, alors que Moscou recherchait activement de nouveaux partenaires géopolitiques et de nouvelles opportunités économiques. Les efforts diplomatiques de la Russie envers l’Afrique ont commencé à porter leurs fruits presque immédiatement. Les pays africains ont soutenu le Kremlin lors de votes importants à l’ONU, comme l’Assemblée générale de 2014 condamnant l’annexion de la Crimée par la Russie et la résolution de 2022 dénonçant la tentative d’annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes. Même si la deuxième résolution a été adoptée par une majorité de 143 voix, cinq États membres ont voté contre et 35 pays se sont abstenus, contribuant ainsi aux efforts de la Russie pour contester la résolution. Parmi les abstentions, 18 provenaient d’Afrique.
DM

 

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *