9 minutes 3 semaines

Ce soutien américain pourrait s’ajouter à ce que le Kenya attend des États-Unis des matériels pour la modernisation de son armée. Lundi, le président américain Joe Biden a officialisé l’inclusion du Kenya dans la liste des principaux alliés non membres de l’OTAN, devenant ainsi le premier pays d’Afrique subsaharienne à y figurer.

En tant qu’allié non membre de l’OTAN, le Kenya aura un accès privilégié à des équipements militaires sophistiqués, à des formations et à des prêts pour augmenter les dépenses de défense. Mais cela ne garantira pas nécessairement la défense du Kenya par les États-Unis si ce dernier est attaqué par un pays tiers.

Lors de la visite d’État du président William Ruto à Washington en mai, son hôte a déclaré que le Kenya recevrait également 18,2 millions de dollars pour les efforts de lutte contre le terrorisme et la modernisation du système de justice pénale.

Les États-Unis ont déclaré avoir dépensé quelque 230 millions de dollars pour les agences de sécurité kenyanes depuis 2020. Le mois dernier, ils ont également donné au Kenya huit hélicoptères remis à neuf et ont accepté d’étendre leur présence sur la base aérienne de Manda.

Huit hélicoptères UH-1 « Huey » et huit hélicoptères MD500 au Kenya ainsi que 150 véhicules blindés pour améliorer la sécurité régionale

Les États-Unis ont révélé leur intention de transférer huit hélicoptères UH-1 « Huey » et huit hélicoptères MD500 au Kenya ainsi que 150 véhicules blindés pour améliorer la sécurité régionale, à la suite d’une visite historique du président kenyan William Ruto aux États-Unis.

Fin mai, le président Joe Biden a accueilli Ruto à la Maison Blanche pour renforcer les liens entre les deux pays et marquer 60 ans de partenariat officiel entre les États-Unis et le Kenya. La réunion a porté sur la démocratie, les droits de l’homme, les soins de santé, les solutions climatiques, le commerce et les investissements ainsi que la coopération en matière de paix et de sécurité.

En termes de coopération en matière de défense, la Maison Blanche a déclaré que le Kenya devrait recevoir huit Huey et huit MD500 entre fin 2024 et mi-2025 pour renforcer sa capacité à assurer la paix et la sécurité régionales et à participer aux missions de maintien de la paix.

Un UH-1 Huey de l’armée de l’air kenyane décolle lors du vol de partenariat africain Kenya 2019.

Du côté terrestre, le Kenya a sélectionné environ 150 véhicules blindés de sécurité M1117 4×4 parmi les stocks excédentaires d’articles de défense américains, qui devraient arriver au Kenya en septembre 2024.

En outre, la Maison Blanche a annoncé son intention de moderniser l’aérodrome de Manda Bay, dans le nord du Kenya, et les responsables américains et kenyans sont sur le point de signer un protocole d’accord pour la construction d’une piste d’atterrissage de 10 000 pieds, car la base manque actuellement d’infrastructures adéquates. Le Kenya est également en train de rejoindre l’opération « Gallant Phoenix », une initiative multinationale dirigée par les États-Unis et basée en Jordanie, visant à partager des informations sur les menaces terroristes, renforçant ainsi la coopération antiterroriste entre les deux pays.

Biden a également informé le Congrès qu’il avait l’intention de désigner le Kenya comme allié majeur non membre de l’OTAN. « Cette désignation est accordée par les États-Unis aux pays entretenant des relations de travail étroites et stratégiques avec l’armée et les civils de la défense américains. Les États-Unis ont un profond respect pour les contributions du Kenya à la paix et à la sécurité mondiales. Il s’agit de la première désignation d’un pays d’Afrique subsaharienne comme allié majeur non membre de l’OTAN », a déclaré la Maison Blanche.

Les États-Unis ont fourni au Kenya plus de 230 millions de dollars en financement du secteur de la sécurité civile et de la défense depuis 2020, y compris l’aide de la Garde nationale du Massachusetts dans le cadre du programme de partenariat d’État, parallèlement aux efforts continus de conseil et de formation pour les pilotes kenyans, le personnel logistique et les forces de défense du Kenya.  » Bataillon d’intervention en cas de catastrophe.

La visite d’État de Ruto aux États-Unis le 20 mai a coïncidé avec le déploiement d’un groupe avancé de policiers kenyans dans la capitale haïtienne, Port-au-Prince, avec environ 200 membres dont le déploiement est prévu d’ici le 31 mai dans le cadre d’une mission multinationale de soutien à la sécurité (MSSM). ) visant à aider les forces de sécurité haïtiennes contre les activités omniprésentes des gangs. Comme Haïti, ce pays africain n’est pas étranger aux luttes internes, car il fait face à des difficultés pour protéger ses régions du nord des militants de Harakat al-Shabaab al-Mujahideen opérant depuis la Somalie. Les terroristes attaquent fréquemment les forces de sécurité et les civils le long de la frontière avec la Somalie.

Depuis que le Kenya a obtenu son indépendance du Royaume-Uni en décembre 1963, les États-Unis entretiennent des relations diplomatiques. Lorsque Barack Obama a été élu fin 2008, on célébrait à Nairobi l’arrivée au pouvoir d’un « American Luo President », allusion aux origines kenyanes de sa famille paternelle. Cependant, les relations bilatérales n’ont pas été faciles, Obama lui-même décrivant le pays comme « criblé de corruption » en 2006. Après cela, l’inculpation du président Kenyatta par la CPI pour crimes contre l’humanité a également gelé les relations. Finalement, en 2015, le président américain a effectué une visite très médiatisée, ouvrant la voie à une meilleure coopération.

En plus des MD500 et UH-1 des États-Unis, le Kenya devrait recevoir 16 hélicoptères MD500MD Defender de l’ancienne armée de la République de Corée, promis par la Corée du Sud en 2021, lors du forum de maintien de la paix de l’ONU à Séoul. L’avion sera utilisé pour équiper une nouvelle unité en cours de formation pour soutenir les missions de maintien de la paix des Nations Unies.

En décembre 2023, les six premiers des 16 MD500 donnés ont été expédiés du dépôt de maintenance générale du commandement logistique de l’armée coréenne à Jinhae vers les États-Unis pour réparation et entretien avant d’être livrés au Kenya sous les auspices du Département d’État américain.

La division aérospatiale de Korean Air a construit quelque 280 MD500 sous licence entre 1976 et 1984, et ceux-ci sont maintenant remplacés dans le service coréen par le LUH-1 Surion indigène.

L’armée kenyane exploite déjà des MD500, dont 40 exemplaires ont été livrés par les Etats-Unis entre 1980 et 1985, ainsi que 2 100 missiles antichar TOW. Ceux-ci ont été récemment complétés par six nouveaux MD530F livrés par les États-Unis en décembre 2019. Ils ont été acquis pour contribuer aux opérations de soutien à la mission de l’AMISOM en Somalie.

Le Kenya est également un opérateur d’UH-1, ayant acquis huit Huey II auprès des États-Unis en 2016/17. En septembre 2017, le ministère américain de la Défense a annoncé avoir attribué à Bell Helicopter un contrat de vente militaire à l’étranger d’une valeur de 52,1 millions de dollars pour la fourniture de cinq hélicoptères Huey II et de pièces de rechange au Kenya.

Avec Coco Kabwika

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *