8 minutes 3 semaines

La mort cette semaine de deux autres soldats sud-africains dans les rangs de la mission de maintien de la paix de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) en République démocratique du Congo (SAMIDRC) ne peut pas être imputée uniquement à la ministre sortant de la Défense et des Anciens Combattants militaires, Thandi Modise.

Les morts dans ce qui semble être une attaque au mortier du M23 contre ce que le chef de la communication (HoC) du ministère sud-africain de la Défense (DoD), Siphiwe Dlamini, a appelé « notre base », porte à cinq le nombre de morts au combat en Afrique du Sud depuis le premier déploiement du SAMIDRC il ya six mois.

L’engagement sud-africain dans la mission du bloc régional a été – presque continuellement – ​​sous le feu des critiques des observateurs militaires, des commentateurs, des universitaires et du plus grand syndicat militaire d’Afrique du Sud. Le problème réside, entre autres, dans le manque de soutien aérien pour les troupes, la logistique et les évacuations médicales, ainsi que dans l’insuffisance et le vieillissement de l’équipement pour affronter un adversaire bien organisé et équipé.

L’analyste respecté de la défense Helmoed Heitman, membre de l’équipe de Roelf Meyer responsable de l’examen de la défense de 2012 (approuvé en 2015), a déclaré au quotidien de Johannesburg The Citizen que la SA National Defence Force (SANDF) était confrontée à deux problèmes majeurs : le sous-financement et « un gouvernement qui  ne m’en soucie rien ».

Concernant la SAMIDRC et plus particulièrement l’implication de l’Afrique du Sud dans ce projet, il note qu’une assiette fiscale réduite et une « forte demande » de services sociaux constituent un défi pour « une économie sud-africaine paralysée ».

« Le résultat est que, même si le gouvernement se réveille, les fonds sont très limités et il n’y a pas beaucoup de marge de manœuvre pour augmenter le financement de la défense sans provoquer des cris d’indignation de la part de ceux qui doivent renoncer à une partie de leur financement. Nous devons donc entamer le processus de reconstruction de la SANDF. »

L’ancien ministre de l’opposition chargé de la Défense de l’Alliance démocratique, Kobus Marais, a déclaré au journal Star que les derniers décès de soldats de la SANDF en RDC ne sont pas une surprise en raison du faible soutien et des ressources accordées au déploiement de la SAMIDRC en Afrique du Sud. « Il est désormais évident que nos soldats soient rendus à leurs familles dans des sacs mortuaires. »

« Pour sauver la vie de nos soldats, le président et la SANDF ont deux options : (1) fournir davantage de financement, de ressources et de soutien logistique à nos soldats, notamment des munitions et des équipements de mission de premier ordre, ainsi que davantage de soldats. Cette solution n’est malheureusement pas abordable et durable compte tenu de la faiblesse du PIB et du budget de la défense. (2) L’alternative est d’entamer des pourparlers de paix avec l’UA et la East Africa Community pour trouver une solution permanente aux conflits de l’est de la RDC tout en retirant tous nos soldats et équipements de la RDC », a déclaré Marais.

Contrairement à Heitman, Marais ne croit pas que le conflit soit de la responsabilité de l’Afrique du Sud et a exhorté l’Union africaine et la Communauté de l’Afrique de l’Est à travailler avec la RDC et ses voisins pour résoudre le conflit. Il suggère que la SANDF travaille dans les limites de son budget limité et se concentre sur les menaces sécuritaires plus proches de chez elle.

Selon Pikkie Greeff, secrétaire national du syndicat de la défense nationale sud-africaine,  cité par le Daily Maverick  qu’il est « désormais manifestement clair que certains éléments de soutien manquent clairement » aux troupes de la SANDF en RDC.

« Le soutien aérien et les capacités (médicales, logistiques et de combat) sont le rouage crucial manquant. Certains systèmes de défense radar sont absolument nécessaires. Perdre des troupes au combat est toujours une mauvaise chose, mais perdre des troupes en raison de ressources insuffisantes est inacceptable ».

Greeff a déclaré à Newzroom Afrika que « ce dont nous avons besoin, c’est du soutien des autorités sud-africaines et de la SANDF. Ce n’est en aucun cas le syndicat qui met la pression sur la SANDF, qui est à blâmer. C’est un problème de ressources, c’est un problème financier. Il y a une crise financière au sein de la SANDF et seul le gouvernement peut la résoudre. Je pense vraiment qu’il est temps que le Trésor se joigne au parti et que nous réalisions que lorsque nos soldats sont attaqués, ce pays est attaqué et il a besoin d’une réponse adéquate.

Greeff a averti que l’Afrique du Sud continuera à subir des pertes en RDC si la situation n’est pas réglée. « La question est de savoir combien de vies l’Afrique du Sud devra payer avant que nous comprenions qu’il s’agit d’une question de finances et que quelqu’un doit vraiment prendre une décision ferme à ce sujet ».

Selon  Tim Flack, les récentes attaques contre les troupes de la SANDF en RDC ont mis en évidence de graves lacunes en matière de soutien et de ressources qui mettent les soldats en danger. L’Union de défense nationale sud-africaine et d’autres experts ont clairement indiqué qu’il existe un besoin urgent d’amélioration du soutien aérien, des installations médicales, des capacités logistiques et du soutien au combat, y compris des systèmes de défense radar , a-t-il déclaré.

« La dépendance excessive à l’égard du soutien du pays hôte pour les besoins médicaux, le soutien aérien, le soutien logistique et les renforts s’avère insuffisante. L’absence de systèmes anti-mortiers et de radars de détection de mortiers Avec système d’ alerte  laisse nos troupes exposées et vulnérables.

« La SANDF est la seule responsable de la sécurité de ses soldats, que ce soit dans le cadre de déploiements conjoints ou autres. Les attaques répétées et les pertes qui en découlent indiquent que nos troupes ne disposent pas des outils et des ressources nécessaires pour assurer leur sécurité avec efficacité. Malgré les nombreux avertissements des experts militaires en Afrique du Sud, l’absence de réponse adéquate reste un problème critique.

« Nos soldats méritent le meilleur soutien pour accomplir leurs tâches et rentrer chez eux en toute sécurité. Les récentes attaques ont mis en évidence les graves conséquences d’un manque de ressources et de soutien. Perdre des vies à cause de carences évitables est inacceptable. Il est temps d’agir de manière décisive pour garantir que nos troupes soient équipées des outils dont elles ont besoin pour réussir  leur mission en RDC  », a conclu Flack.

 

Defence RSA

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *