8 minutes 2 semaines

Les États-Unis ont recherché un accord sur les mines du Congo pour le négociant suisse Mercuria Le plan prévoit un assouplissement des sanctions contre le milliardaire israélien pour contrer le contrôle chinois sur des minéraux critiques.

États-Unis ont tenté de faciliter un accord permettant à la société de négoce suisse Mercuria d’acquérir du cuivre -des mines de cobalt en République démocratique du Congo dans le cadre d’une transaction qui dépendait de la levée par Washington des sanctions contre le controversé milliardaire israélien Dan Gertler.

 

Cette initiative américaine inhabituelle, menée par Amos Hochstein, conseiller principal en énergie du président Joe Biden, reflète la concurrence de plus en plus féroce entre les États-Unis et la Chine pour l’accès aux minéraux nécessaires aux infrastructures d’énergie propre. Mercuria, basée à Genève, faisait partie des sociétés identifiées par le Département d’État américain comme un acheteur potentiel pour les mines. Elle a eu des entretiens l’année dernière avec le propriétaire actuel, Eurasian Resources Group, contrôlé par le Kazakhstan, ont indiqué quatre sources proches du dossier . Le gouvernement américain est rarement intervenu aussi directement dans les projets miniers internationaux, mais l’administration du président Joe Biden a fait de l’accès aux métaux critiques une priorité de sa politique étrangère. La Chine occupe déjà une position dominante dans l’extraction et la transformation de nombreux métaux, notamment le cobalt, et plusieurs sociétés chinoises ont déjà exprimé leur intérêt pour l’acquisition des mines congolaises d’ERG. Selon l’une des propositions discutées l’année dernière, Mercuria aurait acquis tous les projets d’ERG dans le pays, à l’exception de son plus ancien projet Boss Mining.

 

Mais les parties ne sont pas parvenues à s’entendre sur la valeur des actifs, notamment compte tenu de la baisse du prix du cobalt, ont indiqué les sources. Les prix ont diminué de moitié pour atteindre 16,5 dollars le kilo au cours des deux dernières années. Les États-Unis souhaiteraient toujours faciliter une vente à un acheteur ami des États-Unis et un futur accord avec Mercuria n’est pas exclu, ont déclaré deux des sources. L’amélioration de l’accès des États-Unis au cuivre et au cobalt est jugée si importante que l’administration Biden propose de lever les restrictions imposées à Gertler . Gertler est sous sanctions du Trésor américain depuis 2017 pour des allégations de corruption au Congo, mais conserve les flux de redevances de trois mines, dont Metalkol d’ERG. Les responsables américains affirment que cela rend difficile l’investissement des entreprises favorables aux États-Unis, car elles s’inquiètent des risques juridiques. Selon l’accord proposé avec Gertler, les États-Unis lui accorderaient des licences pour revendre les flux de redevances et tout autre actif au gouvernement congolais pour au moins 300 millions de dollars. Cela lui rétablirait alors l’accès au système financier américain une fois qu’il aurait renoncé à tous ses investissements au Congo, a rapporté le FT. La proposition Gertler a suscité des critiques de la part de groupes de la société civile et d’au moins quatre législateurs américains, qui ont averti en mai que la levée des restrictions dans le cadre d’un accord qui enrichirait davantage le milliardaire nuirait à la crédibilité du régime de sanctions américain.

 

Anneke Van Woudenberg, directrice exécutive de RAID, qui a suivi l’affaire Gertler, s’est demandé pourquoi les États-Unis envisageaient toujours de lever les sanctions s’il n’y avait pas d’opportunité immédiate pour une entreprise amie des États-Unis d’acquérir les mines. « Il est difficile de voir à qui profite cet accord d’allègement des sanctions de Gertler », a-t-elle déclaré. Les responsables américains estiment cependant que la proposition Gertler a déjà abouti à de nouveaux contrats d’approvisionnement entre les mines d’ERG et des acheteurs occidentaux, désormais moins préoccupés par les risques liés aux projets, compte tenu de l’engagement manifeste des États-Unis. Le Département d’État américain, Mercuria, ERG et Gertler, qui ont toujours nié tout acte répréhensible, ont refusé de commenter. Mercuria a été fondée en 2004 par les anciens négociants de Goldman Sachs Marco Dunand et Daniel Jaeggi, et est devenue l’un des plus grands négociants de matières premières au monde. L’entreprise se développe dans les métaux après avoir embauché Kostas Bintas, qui était un négociant vedette en cuivre chez son rival Trafigura.

 

Contrairement à ses rivaux européens Glencore, Trafigura, Vitol et Gunvor, Mercuria n’a jamais fait l’objet d’accusations de corruption de la part du ministère américain de la Justice, ce qui en fait un partenaire plus évident pour Washington. Pour faciliter un futur accord d’acquisition des mines congolaises, que ce soit pour Mercuria ou un autre parti, le gouvernement américain devra à la fois mettre fin à l’implication de Gertler dans Metalkol et encourager les actionnaires d’ERG à vendre les actifs, a déclaré l’une des personnes impliquées. Les oligarques kazakhs Alexander Mashkevich et Patokh Chodiev possèdent chacun 20 pour cent de l’ERG enregistrée au Luxembourg ; 20 pour cent supplémentaires appartiennent aux héritiers du défunt oligarque Alijan Ibragimov. Les 40 pour cent restants sont détenus par l’État kazakh. Les propriétaires kazakhs ont envisagé de vendre les mines congolaises à plusieurs reprises depuis au moins 2017, en partie en raison des difficultés d’accès aux financements occidentaux pour les projets. Cela s’est avéré difficile en raison des liens persistants de Gertler avec Metalkol et des allégations de corruption qui ont été formulées concernant l’acquisition des mines il y a plus de dix ans par ENRC, la filiale d’ERG. L’année dernière, le Serious Fraud Office du Royaume-Uni a abandonné une enquête de 10 ans sur ces transactions. Cette décision a levé l’un des obstacles à une transaction potentielle, mais a également permis à ERG d’accéder plus facilement à de nouveaux financements, réduisant ainsi une partie de la pression financière sur les propriétaires pour vendre, a déclaré l’une des personnes proches du dossier. Anglo American a également été invitée par des responsables américains en 2022 à envisager d’acquérir certaines mines d’ERG, mais les négociations n’ont pas progressé aussi loin que celles avec Mercuria, selon deux personnes proches des discussions.

 

Avec FT

Partage

Une réflexion sur “ Les USA ont tenté un accord avec la société suisse Mercuria pour acquérir des mines de cuivre et cobalt en RDC dans le cadre d’une levée des sanctions contre Dan Gertler

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *