4 minutes 2 mois

Le chemin de fer part de Lobito, sur la côte atlantique de l’Angola, à 1 300 km à l’ouest jusqu’à Kolwezi en République démocratique du Congo, avec une connexion avec Zambie.

Les États-Unis fourniront davantage de fonds pour la construction du corridor de Lobito, une liaison ferroviaire permettant d’exporter des métaux de la ceinture de cuivre d’Afrique centrale, y compris une liaison vers la Zambie, a déclaré l’envoyé américain pour l’énergie, Amos Hochstein.

Washington soutient le projet reliant la République démocratique du Congo (RDC) et la Zambie, riches en minéraux, au port de Lobito en Angola. Ce lien vise à contourner les goulots d’étranglement logistiques en Afrique du Sud qui ont freiné les exportations de cuivre et de cobalt – des métaux essentiels à la transition énergétique loin des combustibles fossiles.

En 2022, un consortium dirigé par le géant mondial des matières premières Trafigura, le portugais Mota-Engil et le belge Vecturis SA a obtenu une concession de 30 ans pour les services ferroviaires et la logistique de soutien sur le corridor de Lobito. Le consortium prévoit de dépenser 455 millions de dollars en Angola et 100 millions de dollars en RDC pour l’équipement, les opérations et la maintenance des infrastructures.

Un financement supplémentaire est nécessaire pour prolonger la ligne de 1 700 km (1 060 miles) jusqu’en Zambie au cours de la deuxième phase.
« Nous nous sommes engagés à financer 250 millions de dollars pour la première phase en Angola. J’espère que nous engagerons des ressources supplémentaires du même ordre pour la deuxième phase », a déclaré Hochstein mercredi soir dans une interview à la veille d’un forum d’investissement sur le projet en Zambie.
La première phase consistait à moderniser la ligne ferroviaire du côté angolais, et la deuxième phase impliquerait la construction d’un nouveau chemin de fer de plusieurs milliards de dollars à travers la Zambie et au-delà, a-t-il indiqué.
« Je m’attends à ce que nous commencions à voir des volumes importants sur le rail de Lobito d’ici juin-juillet », a-t-il déclaré, sans donner de chiffres.
Les États-Unis et leurs partenaires ont également mobilisé près d’un milliard de dollars pour étendre le corridor de Lobito en développant une nouvelle ligne ferroviaire de 800 km (500 milles) pour relier davantage la Zambie au réseau, a-t-il déclaré jeudi lors de l’ouverture du forum d’investissement.
« Avec l’Africa Finance Corporation (AFC) comme chef de file du secteur privé dans le développement du projet, nous visons à inaugurer le projet en 2026 et à disposer d’un rail opérationnel entre l’est de l’Angola et le nord-ouest de la Zambie d’ici 2028 », a-t-il déclaré.
L’AFC avait des engagements financiers de la part des États-Unis, de l’Union européenne et de la Banque africaine de développement (BAD), qui apporteraient un financement supplémentaire du secteur privé, a-t-il déclaré.
Hochstein a salué l’annonce faite mercredi par la société minière Ivanhoe Mines selon laquelle elle s’était engagée à utiliser la voie ferrée pour ses exportations de cuivre en provenance de la RDC.
« C’est d’une importance cruciale car cela montre l’engagement du secteur privé envers ce projet. Cela rendra également le financement moins cher », a déclaré Hochstein.
Il a également déclaré que les États-Unis envisageaient d’autres projets similaires en Afrique et ailleurs.
« En Afrique, je m’attends à ce qu’il y en ait au moins un de plus l’année prochaine », a déclaré Hochstein, sans préciser où.

Avec Reuters

 

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *