6 minutes 2 semaines

Une variante améliorée du véhicule blindé de transport de troupes Milkor 4×4, dévoilé pour la première fois à l’AAD 2018.  Plusieurs capteurs électroniques et postes d’armes télécommandés (RCWS), comme une option de mitrailleuse de 12,7 mm, ont été intégrés pour augmenter la capacité de mission et la sécurité du personnel du véhicule. Le Milkor 4×4 offre différents niveaux de blindage allant du B2.

Le véhicule blindé de transport de troupes Milkor 4×4 a fait l’objet d’un développement approfondi, Milkor ajoutant diverses options personnalisées adaptées à l’utilisation par les forces de sécurité. Le Milkor 4×4 offre différents niveaux de blindage, du B2, qui peut résister à une balle de 9 mm, jusqu’au B7, qui peut arrêter les balles perforantes et les balles de sniper, garantissant ainsi la sécurité des occupants dans diverses situations.

Des navires patrouilleurs pour 22 millions de dollars

Milkor tente également de vendre à la RDC des bateaux patrouilleurs pour 22 millions de dollars destinés à renforcer les capacités militaires navales dans le lac Kivu.  Au lac Kivu, les bateaux civils et ferry naviguant entre Goma et quelques villages de la province voisine du Sud-Kivu sont à portée d’artillerie du M23.

Milkor a mis en avant son navire de guerre phare, le Milkor IPC (Inshore Patrol Craft), conçu pour toute marine, garde-côte ou armée. « Le navire est unique en son genre dans l’industrie et est construit pour des missions de longue endurance. Des opérations allant jusqu’à cinq jours peuvent facilement être réalisées grâce à une conception et une disposition uniques qui combinent le confort de l’équipage avec des fonctionnalités opérationnelles adaptées à la surveillance et à l’engagement potentiel.

Le Milkor IPC (Inshore Patrol Craft) est un catamaran à hydroptère de 12 m capable d’atteindre des vitesses allant jusqu’à 50 nœuds. L’IPC est le navire idéal pour patrouiller les rivières et les côtes afin de détecter et d’intercepter rapidement les crimes maritimes tels que la traite des êtres humains, la contrebande, la pêche illégale, l’immigration illégale et la piraterie. Avec une vaste gamme de matériels électroniques et de logiciels disponibles, l’IPC peut également être utilisé efficacement dans les opérations de recherche et de sauvetage.

Milkor est également le sponsor diamant de l’AAD 2024 et sera très présent à l’exposition. « L’AAD est le plus grand événement mettant en valeur les technologies développées par l’industrie de la défense sud-africaine (SADI). Cet événement offre aux entreprises l’occasion de présenter et de démontrer leurs technologies aux décideurs et a largement contribué au succès des solutions de défense et de sécurité », a déclaré du Plessis.

L’entreprise présentera une large gamme de ses produits à Waterkloof en septembre, notamment son véhicule aérien sans pilote phare Milkor 380 – avec une envergure de 18,6 mètres, c’est le plus grand avion de ce type construit en Afrique. Milkor mettra également en avant sa large gamme de lance-grenades portatifs de 40 mm, son véhicule blindé de transport de troupes 4×4, le Milkor IPC (Inshore Patrol Craft), avec quelques nouveaux ajouts à son portefeuille naval et terrestre qui seront annoncés pendant le salon.

L’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), dans un nouveau rapport sur les dépenses militaires mondiales, a constaté que la RDC a connu la plus forte augmentation en pourcentage des dépenses militaires – 105 % – de tous les pays en 2023 – plus que l’Ukraine.

En 2023, les dépenses militaires de la RDC ont plus que doublé pour atteindre 794 millions de dollars. Cette augmentation fait suite à des tensions croissantes avec le Rwanda et le M23. Dans cette course aux armements, les sociétés sud-africaines de défense ont trouvé une opportunité de vendre des matériels militaires au gouvernement congolais. L’implication de l’armée sud-africaine en RDC fait couler beaucoup d’encre. L’Afrique du Sud ne partage pas de frontière directe avec la RDC.

La réalité est que le battement d’ailes d’un papillon au Kivu ou à Goma pourrait très bien créer un tsunami imparable à Johannesburg ou au Cap Town.  Il existe également d’autres menaces, comme l’arrivée de davantage de réfugiés en quête d’une vie meilleure en Afrique du Sud, des risques économiques et criminels potentiels qui mettent à rude épreuve nos forces de l’ordre, le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Sécurité sociale et, bien sûr, notre fiscalité” s’explique le ministère sud-africain de la Défense.

Avec defence RSA

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *