15 minutes 2 mois

« Le marché du transit est une source clé de devises pour les pays   mais aussi source des conflits et de guerre  » Ce qui explique que la mission de la SADC, la SAMIDRC ne réussira pas la ou l’EAC et la MONUSCO ont échoué.

Museveni et Tshisekedi se sont convenu de construire 1 200 kilomètres de routes en RDC : La colère de Kagame qui ressuscite le M23

Museveni et Tshisekedi se sont convenu de construire  1 200 kilomètres de routes entre l’Ouganda et les trois villes de l’est du Congo, Goma, Bunia et Beni. La réunion frontalière de Mpondwe entre les présidents Félix Tshisekedi de la RDC et Museveni, lorsqu’ils ont lancé des projets routiers communs reliant les deux pays a établi: la  première route sera la liaison de 84 km entre Mpondwe et Beni. La seconde va de Beni à Butembo, sur une distance de 54 km. Le dernier tronçon s’étendra sur 94 km du poste frontière ougandais de Bunagana à Goma, en passant par Rutshuru. Lors de la réunion de Mpondwe, les deux chefs d’État ont ordonné le début des préparatifs pour la construction d’autres routes, couvrant 294 km. Il s’agissait notamment de la route Nebbi-Goli-Mahagi-Bunia (190 km), qui reliera le district frontalier ougandais de Nebbi, au nord-ouest du pays, à Bunia, la capitale de la province congolaise de l’Ituri. Bien qu’à seulement 40 km de la frontière, aucune route ne relie Bunia à aucune ville ougandaise. La route Bunia-Bogoro-Kasenyi (55 km) reliera le port congolais de Kasenyi, une plaque tournante croissante des exportations vers l’est de la RD Congo via le lac Albert, à son port jumeau ougandais de Ntoroko, sur la rive orientale.

En outre, L’Ouganda s’est lancé dans la construction du port de Ntoroko qui, selon Ojatum, est achevé à 47 pour cent. L’OSBP et le port de Ntoroko disposeront d’un pont en béton suffisamment large pour qu’un camion de cinq tonnes équipé d’une grue mobile intégrée puisse décharger directement dans les navires, et d’un entrepôt pouvant accueillir le contenu de dix conteneurs de 40 pieds.La troisième est la route Rwebisengo-Budiba-Buguma-Njiyapada (49 km), reliant la ville frontalière ougandaise de Rwebisengo, de l’autre côté de la rivière Semliki, à la province de l’Ituri, à l’est de la République démocratique du Congo.Avec la colère du Rwanda et la résurrection des rebelles du M23, les projets ougandais des routes n’ont pas encore été réalisé ou fini suite à l’insécurité.

 

L’Ouganda dans la rivalité entre les ports d’évacuation Kenyan et Tanzanien: L’Ouganda préfère les ports tanzaniens(Tanga et Dar es Salaam contre Mombasa)

 

L’Ouganda et le Kenya avaient convenu de construire conjointement l’oléoduc Ouganda-Kenya (UKCOP) en 2014. L’oléoduc prévu a bénéficié d’un historique de projets transfrontaliers communs ainsi que d’un intérêt commun à monétiser leurs réserves de pétrole respectives. Néanmoins, l’Ouganda a rapidement abandonné le pipeline traversant le Kenya au profit de l’oléoduc de pétrole brut d’Afrique de l’Est (EACOP) passant par la Tanzanie. En outre, la question des importations du pétrole de l ‘Ouganda via le Kenya.

Les  négociants en pétrole kenyans sont en crise après que l’Ouganda est resté fidèle à ses positions et a entamé des négociations avec la Tanzanie pour importer son carburant via le port de Tanga au lieu du port de Mombasa, à la suite d’une dispute avec Nairobi.

L’Ouganda avait initialement annoncé qu’il était en pourparlers avec la Tanzanie pour utiliser le port de Dar es Salaam pour importer son carburant, après que le Kenya ait refusé de lui accorder des concessions pour l’utilisation de son pipeline.

Mais la distance routière entre Dar es Salaam et Kampala est de 1 715,6 km, soit 49,5 pour cent de plus que la distance de 1 147,6 km entre Mombasa et Kampala.Cette distance plus courte signifie que l’Ouganda économise jusqu’à 35 dollars par mètre cube en utilisant Mombasa au lieu de Dar. En plus  d’être moins cher, le port de Mombasa est plus rapide et plus efficace que le port de Dar es Salaam.

l’Ouganda et la Tanzanie étaient engagés dans des négociations qui verraient l’Ouganda importer du carburant via le port de Tanga, bien plus proche de Kampala. Tanga est le plus ancien port d’Afrique de l’Est et le deuxième de Tanzanie. Bien qu’il soit beaucoup plus petit que les ports de Dar et Mombasa, la Tanzanie a augmenté sa capacité pour traiter davantage de L’Ouganda achète actuellement 90 pour cent de son carburant via le Kenya et 10 pour cent via la Tanzanie.

La Petroleum Outlets Association of Kenya (Poak), un lobby des négociants pétroliers indépendants, affirme que cela porterait un coup dur aux OMC locales si l’Ouganda actualisait son plan.

« Si l’Ouganda s’engage effectivement sur la route tanzanienne, de nombreuses compagnies pétrolières locales souffriront vraiment car elles perdront leur plus grand marché« , a déclaré le président de Poak, Martin Chomba.

Environ un tiers de tout le carburant importé au Kenya est destiné au marché de transit, ce qui représente une moyenne de 200 millions de litres par mois. M. Chomba a déclaré que de nombreux petits commerçants dépendent de ce marché de transit et seraient probablement contraints de fermer boutique.

Il a ajouté que le Kenya perdrait une source clé de devises. L’Ouganda a déclaré l’année dernière qu’il importait chaque année du carburant pour une valeur de 2 milliards de dollars via le Kenya. La société publique Kenya Pipeline Company (KPC) apparaîtrait également comme un grand perdant. l’intervention ou l ‘implication de la Tanzanie en RDC dans le cadre de la force de la SADC, s’explique aussi parce que la Tanzanie veut conserver et préserver ses corridors d’évacuation des minerais. En outre, la fin de la mission militaire de l’EAC en RDC a provoqué la colère du gouvernement kenyan. Son remplacement par la mission de la SADC a été perçu par le président  William Ruto et les milieux d’affaires kenyans comme une perte d ‘influence dans l’est du Congo.Notons que  Le président congolais, Félix Tshisekedi, s’est activé pour que son pays soit partie prenante du projet ougandais d’exportation pétrolière via la Tanzanie. Ce qui explique que le Kenya a reçu dans son territoire l’Alliance des rebelles congolais contre Félix Tshisekedi, l’Alliance du Fleuve Congo de Corneille Nangaa.

Le “corridor ferroviaire Tanzanie/Burundi/RD Congo” isole le Rwanda

Railway projects between Tanzania, Burundi and DRC. © Indigo Publications

Le projet ferroviaire fait partie du « Projet ferroviaire commun multinational standard Tanzanie/Burundi/RD Congo  », destiné à favoriser l’interconnectivité et à renforcer les relations commerciales entre les trois pays grâce à une infrastructure ferroviaire moderne. Le gouvernement tanzanien a récemment signé vendredi un accord de financement de 231,3 milliards de shillings tanzaniens (91,76 millions de dollars) avec la Banque africaine de développement (BAD) pour lancer la construction d’une infrastructure ferroviaire moderne visant à relier la Tanzanie à ses pays voisins, le Burundi et la République démocratique du Congo (RDC).

L’initiative est un élément crucial du plus grand réseau ferroviaire à voie standard (SGR), qui s’étend du port de Dar es Salaam pour faciliter la connectivité via le corridor de transport central avec les pays voisins. L’accord de prêt concessionnel soutiendra la construction des tronçons ferroviaires six et sept, reliant les régions de Tabora à Kigoma et d’Uvinza à Malagarasi. Conçu initialement pour relier la RDC, le Rwanda, le Burundi et la Tanzanie, le projet regroupe les trois pays sans le Rwanda. Kagame se retrouve une fois de plus isolé. Ce qui explique le soutien massif de Kagame aux rebelles du M23 et aux rebelles burundais installés au Congo.

Projet Tazara: La Chine défie les USA pour  1 milliard de dollars pour le corridor Tanzanie-Zambie

La ligne Tazara est une route importante pour les exportations de cuivre de la Zambie et de la République démocratique du Congo (RDC), premier producteur d’Afrique.

La ligne ferroviaire de Tazara, construite pour la première fois dans les années 1970 grâce à un financement chinois de Mao, sera modernisée grâce à un partenariat public-privé.

Le projet reliant la ceinture de cuivre zambienne à Dar es Salaam concurrencera le lien soutenu par les États-Unis et l’UE entre les zones riches en ressources et le port angolais.

Alors que les puissances mondiales se disputent le contrôle des routes commerciales critiques des minéraux , la Chine prévoit de dépenser 1 milliard de dollars pour rénover une ligne ferroviaire clé reliant la ceinture de cuivre de la Zambie au port tanzanien de Dar es Salaam dans le cadre de son initiative « la Ceinture et la Route » .L’ambassadeur de Chine en Zambie, Du Xiaohui, a remis une proposition visant à réhabiliter le chemin de fer de Tazara au ministre zambien des Transports, Frank Tayali, affirmant que l’investissement d’un milliard de dollars serait réalisé dans le cadre d’un partenariat public-privé (PPP) au cours des années à venir.

 

L’Angola et le Corridor atlantique de Lobito :La colère de l’Afrique du Sud pour le port de Durban

Dans le cadre de son ambition déclarée de défier la domination chinoise, l’administration Biden a vu une opportunité de revitaliser une ligne ferroviaire vieille d’un siècle reliant les principales mines africaines à un port de l’océan Atlantique. Appelé corridor de Lobito, les États-Unis investissent des centaines de millions de dollars dans ce projet. Les États-Unis fourniront davantage de fonds pour la construction du corridor de Lobito, une liaison ferroviaire permettant d’exporter des métaux de la ceinture de cuivre d’Afrique centrale, y compris une liaison vers la Zambie, a déclaré l’envoyé américain pour l’énergie, Amos Hochstein.Washington soutient le projet reliant la République démocratique du Congo (RDC) et la Zambie, riches en minéraux, au port de Lobito en Angola. Ce lien vise à contourner les goulots d’étranglement logistiques en Afrique du Sud qui ont freiné les exportations de cuivre et de cobalt – des métaux essentiels à la transition énergétique loin des combustibles fossiles.

L’administration Biden a engagé 250 millions de dollars pour revitaliser la ligne ferroviaire centenaire reliant les principales mines africaines au port de Lobito sur l’océan Atlantique. Il finance également une étude visant à relier le chemin de fer à la Zambie, dans le cadre d’un autre projet qui devrait coûter 1,6 milliard de dollars.

L’accord avec Ivanhoe lui donne le droit de transporter entre 120 000 et 240 000 tonnes de blister-anodes ou de concentrés par an depuis Kamoa-Kakula le long du corridor de Lobito.

Il prévoit une durée minimale pour l’accord de cinq ans à compter de 2025, après une année de montée en puissance en 2024.

Ivanhoe a envoyé en janvier une cargaison d’essai de concentré de cuivre depuis son complexe cuivreux de Kamoa-Kakula en RDC vers le port de Lobito en utilisant la nouvelle voie ferrée.

Les routes d’exportation actuelles utilisées par Kamoa-Kakula en rouge et la route du corridor ferroviaire de Lobito en orange. ( Image d’ Ivanhoe Mines. )

 

 

SAMIDRC : Isolée par d’autres corridors et routes d’évacuation des minerais, l’Afrique du Sud lance son armée dans l ‘Est du Congo

Déjà parmi les troupes de la Monusco dans le cadre de l’opération Mistral, l’Afrique du Sud s’est lancé dans une autre opération dans le cadre des forces de la SADC. L’opération Thiba » en remplacement aux troupes de l’EAC et de la Monusco partant est destiné selon les experts à s’affirmer comme leader régional a ne pas négliger dans la course aux corridors et routes commerciales d’évacuation des minerais du Congo. Cela malgré que le gouvernement Sud africain a nié d’être au Congo pour des intérêts miniers de Rubaya.

Le gouvernement angolais voit  l’intervention de l’Afrique du Sud au Congo comme une  réaction au projet américain du corridor Lobito

L’Angola n’est pas chaud pour la SAMIDRC malgré que son armée s’est affirmée comme la première armée régionale de l’Afrique australe. Le président Lourenco Joao ne veut pas du tout combattre le Rwanda via le M23. Il se pose en négociateur et médiateur. Le gouvernement angolais voit à l’intervention de l’Afrique du Sud au Congo comme une contre réaction au projet américain du corridor Lobito. Notons que l’Afrique du Sud se sent Isolée vue les corridors respectifs de Lobito et de Tazara,  vont priver le pays de sources de devises de transit.

Aime Binda

 

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *