5 minutes 2 mois

Le Rwanda a demandé au Conseil de sécurité des Nations Unies de ne pas apporter son soutien logistique et opérationnel aux forces dirigées par l’Afrique du Sud en République démocratique du Congo.

Le Rwanda a écrit au Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU), avertissant l’organisme international qu’il pourrait déclencher une guerre régionale s’il apportait un quelconque soutien à la Mission de la SADC en République démocratique du Congo (SAMIDRC).
Une solution pacifique constitue la meilleure alternative à la crise dans l’est de la RDC, affirme le communiqué.
Mais la RDC a déclaré publiquement qu’elle ne négocierait avec le Rwanda qu’avec le groupe rebelle M23.
Une guerre régionale pourrait amener le Rwanda à se battre contre une coalition dirigée par l’Afrique du Sud, comprenant la RDC, le Malawi et la Tanzanie.
Il pourrait également y avoir l’inclusion du Burundi, qui s’est allié à la RDC depuis qu’ils accusent le Rwanda d’aider les rebelles RED Tabara à lancer des attaques contre le Burundi depuis l’est de la RDC.

Dans une lettre adressée à Carolyn Rodrigues-Birkett, présidente du CSNU, le ministre rwandais des Affaires étrangères, Vincent Biruta, a déclaré qu’il était injuste que l’organisme international envisage de soutenir les alliés de la RDC, qui avait déclaré son intention de déstabiliser le Rwanda.
Dans cette lettre, il a également déclaré que la SAMIDRC n’était « pas neutre » dans la crise et a supplié le Conseil de sécurité de ne pas soutenir la coalition dirigée par les FARDC.

Le gouvernement du Rwanda aimerait demander au Conseil de sécurité des Nations Unies d’éviter l’escalade dans l’est de la RDC en ne reconsidérant pas la demande de fournir un soutien logistique et opérationnel qui ne pourrait qu’alimenter davantage l’escalade.
« Le CSNU devrait plutôt encourager le gouvernement de la RDC à rechercher une solution pacifique dans le cadre des processus de Luanda et de Nairobi », a-t-il déclaré.
Le 7 février, Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint du CSNU aux opérations de paix, a rencontré le commandant de la SAMIDRC, le général de division Monwabisi Dyakopu .
Dyakopu s’est vu promettre que le CSNU envisagerait de fournir aux forces de la SAMIDRC un soutien logistique et opérationnel dans l’est de la RDC.
Lors de cette rencontre, Lacroix a mis l’accent sur la coordination conjointe pour aider la RDC, ce que le Rwanda n’a pas pris à la légère.
Le CSNU devrait annoncer l’assistance qu’il apportera à la SAMIDRC d’ici le 30 juin 2024.
Pour sa part, le Rwanda a déclaré que la communauté internationale ne s’attaquait pas à la cause profonde du conflit dans l’est de la RDC, qui, selon lui, est le soutien de la RDC aux rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR).
« Le gouvernement du Rwanda insiste que le conflit perdure parce que la communauté internationale a délibérément ignoré les causes profondes du conflit, qui comprennent, entre autres, le soutien et le maintien des forces génocidaires rwandaises dans l’est de la RDC, le refus du gouvernement de la RDC pour répondre aux véritables griefs des Rwandophones congolais, en particulier des Tutsis, et au refus de rapatrier des centaines de milliers de Congolais vivant dans la région », a déclaré Biruta dans la lettre.
Concernant l’accord RDC-Burundi, Biruta a déclaré que le Rwanda n’avait pour l’instant d’autre choix que de « prendre des mesures préventives et défensives » car Tshisekedi et son homologue burundais, Évariste Ndayishimiye, voudraient renverser le président rwandais Paul Kagame.

News24 Africa Desk

 

Partage

Une réflexion sur “ La lettre de Vincent Biruta au Conseil de Sécurité :Le Rwanda bloque le soutien logistique de la Monusco à la force SAMIDRC dirigée par l’Afrique du Sud

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *