4 minutes 1 mois

Dans le contexte du Dr Richard Mihigo, candidat du Rwanda au poste de Directeur Afrique à l’OMS, se pose la problématique des Congolais nés dans la partie Est du pays qui optent pour la nationalité rwandaise. Né à Bukavu et diplômé de l’Université de Kisangani, le Dr Mihigo, Rwandais de 57 ans.

Le Rwanda est officiellement en lice pour le poste de Directeur régional de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour l’Afrique, suite à la confirmation et à la publication de la liste finale des candidats par le Directeur Général de l’OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Le patron de l’OMS a transmis les noms de cinq candidats en lice pour ce poste convoité aux États membres le 14 juin. Parmi ces candidats figure le Dr Richard Mihigo du Rwanda, considéré comme un candidat sérieux pour ce poste. Dr Mihigo sera en compétition avec le Dr N’da Konan Michel Yao de Côte d’Ivoire, le Dr Boureima Hama Sambo du Niger, le Dr Ibrahima Socé Fall du Sénégal et le Dr Faustine Engelbert Ndugulile de Tanzanie. Tous les candidats présélectionnés bénéficient du soutien de leurs pays, un critère essentiel pour ce rôle régional.

Le nom du Dr Mihigo a été soumis au Directeur général de l’OMS par le Ministère des Affaires étrangères le 16 mai 2024. Ce Rwandais de 57 ans, né à Bukavu, en République démocratique du Congo (RDC), est considéré comme un candidat fort crédible en raison de son riche parcours professionnel et de sa vaste formation dans le domaine médical.

Le Dr Mihigo détient un Master en Santé Publique (MPH) en Santé Internationale de l’École de Santé Publique de l’Université de Boston aux Etats Unis d’Amérique obtenu en 2003, ainsi qu’un diplôme de Médecin et Chirurgie (M.B., Ch.B.) de la faculté de médecine de l’Université de Kisangani en République Démocratique du Congo (RDC) obtenu en 1994.

La nomination du Dr Mihigo met en lumière la complexité des parcours de vie des individus ayant choisi la nationalité rwandaise. Il est crucial d’analyser le profil des citoyens comme le Dr Mihigo, nés dans l’Est du pays et ayant choisi la nationalité rwandaise, à l’opposé d’autres  citoyens présentant un même profil mais qui sont restés tacitement congolais.

Cette situation souligne la nécessité d’une réflexion approfondie sur la dualité des nationalités et ses implications sur la citoyenneté et l’appartenance nationale. Les cas comme celui du Dr Mihigo et tant d’autres mettent en lumière les défis et les questionnements auxquels sont confrontés les individus qui naviguent entre plusieurs identités nationales et culturelles dans un pays confronté à une longue guerre civile lié en partie à l’identité congolaise.

Roger Lazio

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *