5 minutes 2 mois

L ‘Afrique du Sud a déployé ses troupes dans deux guerres sans renouveler un contrat de maintenance nécessaire au maintien en vol de ses hélicoptères d’attaque et de transport essentiels.

Un contrat dit à coût fixe entre le fabricant d’armes d’État Denel et le ministère de la Défense sud-africain – qui couvre les dépenses des techniciens et des ingénieurs – est arrivé à expiration il y a plus de quatre mois et n’a pas été renouvelé, a déclaré Denel en réponse aux questions.
Cela met en péril la capacité de l’armée sud-africaine à protéger les quelque 4 000 soldats qu’elle déploie pour combattre les jihadistes au Mozambique et les rebelles dans l’est de la République démocratique du Congo avec ses hélicoptères de transport Oryx et ses hélicoptères d’attaque Rooivalk, ou Red Falcon.
L’expiration du contrat montre à quel point les ambitions de l’Afrique du Sud de renforcer son influence sur le continent avec des missions de maintien de la paix ne sont pas compensées par un budget qui peine à tout financer, depuis ses forces armées jusqu’à la révision des ports et des centrales électriques.
« Les moyens aériens sont absolument essentiels dans toute opération anti-insurrectionnelle, en particulier sur ce terrain », a déclaré Piers Pigou, responsable du programme Afrique australe à l’Institut d’études de sécurité basé à Pretoria. « Nous avons levé la main pour quelque chose que nous ne sommes pas en mesure de réaliser. »
Alors que l’Afrique du Sud a envoyé des troupes au Congo depuis décembre dans le cadre d’une mission de la Southern African Development Community, le déploiement de 2 900 hommes n’a été annoncé que le 12 février dans un communiqué de presse du bureau du président Cyril Ramaphosa. Le 13 février, il en a officiellement informé le Parlement avec une note antidatée au 21 décembre.
Les troupes au Mozambique ont été déployées en 2021 et devraient partir cette année.
Tandis que Denel fournit des pièces de rechange et du matériel dans le cadre d’un soi-disant contrat ad hoc avec Armaments Corp. d’Afrique du Sud – l’agence d’approvisionnement du ministère de la Défense connue sous le nom d’Armscor – négocie le contrat à coût fixe qui soutient les hélicoptères avec des équipements spécialisés et les compétences doivent encore être résolues, a déclaré Mike Kgobe, PDG de Denel Aeronautics.
« L’Oryx et le Rooivalk sont des hélicoptères uniques pilotés uniquement par l’Afrique du Sud et nécessitent des compétences spécialisées et un équipement spécial pour maintenir leurs capacités », a déclaré Kgobe dans une réponse par courrier électronique aux questions. Bien que Denel ait effectué un travail de cette nature pour l’armée de l’air, il n’a pas été payé, a-t-il déclaré.
En octobre, le ministre sud-africain de la Défense, Thandi Modise, a déclaré que seuls cinq des 39 Oryx étaient fonctionnels et que 2,5 milliards de rands étaient nécessaires pour restaurer la flotte.
Trois des 11 Rooivalk pouvaient voler « avec des restrictions », et les systèmes avioniques des hélicoptères étaient obsolètes, avait déclaré Modise dans une réponse à une question parlementaire de l’époque, affirmant qu’un milliard de rands serait nécessaire pour les mises à niveau. Sur les 97 autres avions répertoriés dans la réponse, seuls 17 étaient opérationnels.
Ce mois-ci, une attaque au mortier a tué deux soldats sud-africains déployés au Congo, tandis qu’un Oryx a été assailli par des tirs d’armes légères et son équipage a été blessé.

Bloomberg

 

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *