7 minutes 3 semaines

Un rapport divulgué par le Groupe d’experts des Nations Unies suggère que l’Ouganda aide à la fois les rebelles du M23 et les chefs de l’Alliance Fleuve Congo (AFC), qui occupent des territoires dans l’est de la RDC . En outre, le rapport accuse l’Ouganda d’offrir des sanctuaires à ces rebelles et de faciliter le passage des Forces de défense rwandaises vers l’est de la RDC pour appuyer les combattants du M23 contre le gouvernement de la RDC.

Selon les experts de l’ONU, les Forces de Défense rwandaises ont renforcé leur soutien au M23 en janvier, en déployant 1 000 soldats de plus dans des emplacements stratégiques. Par ailleurs, des combattants ont été recrutés de force ou par choix au Nord-Kivu, ainsi qu’en Ouganda et au Rwanda.
Le rapport souligne également que malgré les sanctions de l’ONU contre les dirigeants rebelles du M23 empêchant de voyager, ces individus auraient été autorisés à transiter par l’Ouganda et l’aéroport international d’Entebbe. Les experts de l’ONU ont cité un cas où des dirigeants rebelles auraient rencontré Andrew Mwenda, un journaliste a bien connu, à Kampala pour demander de l’aide afin d’améliorer leurs relations diplomatiques avec les missions occidentales.

Le rapport mentionne le journaliste ougandais Andrew Mwenda comme « agent » du M23 à Kampala après que les rebelles l’ont appelé en mars pour lui demander son aide dans « des démarches diplomatiques pour discuter de la paix ».
Mwenda a admis avoir rencontré Lawrence Kanyuka, Desire Rwigyema et une troisième personne dont il prétendait ne pas se souvenir du nom.

« Mon travail et mes opinions nécessitent la collecte d’informations auprès de sources primaires. Je parle à des personnes de tous horizons pour m’informer. J’avais donc très envie de parler aux dirigeants du M23 pour entendre leur histoire. »
« J’ai toujours pensé que le M23 était une milice ethnique des Tutsi de l’est de la RDC. À ma grande surprise, Kanyuka m’a dit qu’il était de l’ethnie Luba, tout comme le président Félix Tshisekedi. Ils m’ont donné la liste de leurs dirigeants, politiques et militaires. « , dont la plupart n’étaient pas Tutsis. En fait, l’un d’eux est un Congolais hutu. J’ai été intrigué et nous avons eu une longue conversation », a rappelé le journaliste dans une interview au journal ougandais indépendant .
Il a ajouté qu’il avait partagé cette explication avec le ministère des Affaires étrangères et avec le groupe d’experts de l’ONU, mais que leur rapport final n’incluait pas sa version des faits.

Le général de brigade ougandais Kulayigye a rejeté le rapport de l’ONU , le qualifiant de partial et de peu documenté, affirmant que les experts n’avaient pas réussi à dialoguer avec les dirigeants de l’UPDF pour connaître leur point de vue.

« Le rapport est biaisé, n’a fait l’objet d’aucune recherche et manque d’équilibre. Les experts n’ont fait preuve d’aucune discipline intellectuelle dans la recherche de notre version des faits ni de justice naturelle », a-t-il soutenu.

Il a précisé que la dernière présence de l’UPDF dans les zones de conflit de l’est de la RDC, où sont actifs les rebelles du M23, remontait à décembre 2023 dans le cadre de la Force régionale de la Communauté d’Afrique de l’Est (EACRF).

L’ EACRF , initiée par les États membres de la Communauté d’Afrique de l’Est , avait pour mission de déployer des troupes dans les zones tenues par les rebelles afin de rechercher une solution politique au conflit. Cependant, la mission a pris fin en novembre 2023 après que le gouvernement de Kinshasa a refusé de prolonger le mandat de l’EACRF , entraînant le retrait des troupes.
Le général de brigade Kulayigye a réitéré l’engagement de l’Ouganda en faveur de la paix dans la région du Kivu, à l’est de la RDC, soulignant que son déploiement dans le cadre de l’EACRF poursuivait cet objectif. « La population du Kivu avait un besoin urgent de paix. Notre déploiement dans le cadre de l’EACRF visait à parvenir à cette paix », a-t-il déclaré.

Le renseignement ougandais rejette les allégations selon lesquelles 5.500 soldats ougandais soutiennent le M23

L’Ouganda a participé à de multiples efforts de paix dans l’est de la RDC, en tant que contributeur à la mission de l’ONU baptisée MONUSCO, auparavant sous la Force régionale de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EACRF) qui a quitté Goma l’année dernière, et à l’opération conjointe en cours avec les forces armées. de la République du Congo (FARDC), baptisée Opération Shujaa, qui vise à débusquer complètement les terroristes des Forces démocratiques alliées (ADF) dans l’est de la RDC.
Les tensions diplomatiques entre les deux nations pourraient affecter l’opération qui a contribué à dégrader les activités et la propagande des rebelles.
L’Ouganda a accusé les individus à l’origine de ces allégations d’avoir utilisé à plusieurs reprises la propagande pour attiser les tensions entre les deux pays.
Un communiqué de l’ambassade ougandaise à Kinshasa a déclaré : « (nous) réfutons catégoriquement les dernières allégations fabriquées selon lesquelles 5 500 soldats ougandais soutiennent les rebelles du M23 dans le territoire de Rutshuru en RDC. Cela fait suite à des accusations similaires, manifestement fausses, fin septembre 2023, selon lesquelles l’Ouganda avait illégalement déplacé les bornes frontalières près de Busanza. Ces attaques médiatiques récurrentes et non vérifiées suscitent de sérieuses inquiétudes quant à un schéma délibéré de désinformation systématique ou de guerre de l’information visant l’Ouganda.

Avec DM

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *