2 minutes 9 mois

Un cas suspect de Monkey pox a été enregistré le jeudi 24 août à l’Hôpital de Kikanda à Matadi, dans la province du Kongo-Central. Le Dr Christian Kuzoma, médecin chef de la zone de santé de Matadi, a partagé cette information à Radio Okapi le même jour. Il a précisé qu’il s’agissait d’un homme de 27 ans qui avait développé des symptômes de la variole du singe une semaine après son retour de Kinshasa. Les symptômes comprenaient de la fièvre, des éruptions cutanées sous forme de pustules et de croûtes. Des échantillons ont été prélevés et envoyés à Kinshasa pour confirmation par l’INRB.

Le Dr Christian Kuzoma a déclaré que le patient ainsi que toutes les personnes ayant été en contact avec lui ont été placés en quarantaine. Il a souligné que le Monkey pox n’était pas une maladie curable. Pour prévenir sa transmission, le médecin chef de la zone de santé de Matadi a appelé la population à respecter les mesures barrières lorsque quelqu’un présente des éruptions cutanées dans son entourage. Il a souligné que la transmission de cette maladie était similaire à celle de la COVID-19, mais qu’elle pouvait également se faire par les gouttelettes, la salive et même par voie sexuelle.

Okapi

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *