4 minutes 2 semaines

Le commandant du contingent national sud-africain, le colonel Jaco Pietersen, a également été blessé par des éclats d’obus lorsque les rebelles du M23 ont tiré sur la base en représailles.

Les soldats de la SANDF déployés en RDC sont sous-équipés, sans soutien et désespérés.

Des observateurs militaires ont confirmé un rapport selon lequel un capitaine du quartier général de la 46e brigade et un capitaine de la formation d’artillerie de défense aérienne étaient parmi les deux soldats tués dans l’attaque du M23 .
Selon le rapport, l’un des deux capitaines est décédé immédiatement tandis que l’autre est décédé après avoir attendu longtemps l’ arrivée d’une ambulance après l’attaque au mortier.
Les soldats blessés sont soignés dans un hôpital public de Goma, car la SAMIDRC ne dispose pas d’un hôpital de campagne avancé doté de médecins opérationnels sur terrain .
Pikkie Greeff, le secrétaire national du syndicat SANDF, a déclaré : « Du point de vue du syndicat, il est devenu évident que certains éléments de soutien font cruellement défaut.
« Le soutien aérien et les capacités (médicales, logistiques et de combat) sont le rouage crucial manquant.

Le colonel Jaco Pietersen, blessé par des éclats d’obus, a subi une opération mardi soir pour retirer les éclats d’obus de sa poitrine

Le commandant du contingent national sud-africain, le colonel Jaco Pietersen, a également été blessé par des éclats d’obus lorsque les rebelles du M23 ont tiré sur la base – apparemment en représailles.
L’un des capitaines a été tué sur le coup, tandis que l’autre est décédé en attendant une ambulance de l’hôpital de la RDC à Goma, à environ 25 km de là.
L’attaque a suivi le même schéma que la première attaque contre les Sud-Africains dans la même base de Sake en février 2024, qui avait fait deux morts parmi les soldats.

Pieterse a subi une opération mardi soir pour retirer les éclats d’obus de sa poitrine. L’un des blessés a perdu un bras, tandis que d’autres ont été pour la plupart également blessés par des éclats d’obus.
Les deux capitaines faisaient partie de l’unité de renseignement tactique. L’un est issu de la 24e brigade sud-africaine de Johannesburg et l’autre de la formation d’artillerie de défense aérienne.
Dans un message interne adressé aux soldats sud-africains , le brigadier Fikile Kunjwayo, officier général commandant la brigade d’infanterie, a déclaré que les deux capitaines ont payé le sacrifice ultime dans l’exercice de leurs fonctions lors de la mission de maintien de la paix en RDC.
« Leur dévouement envers notre pays et leur engagement en faveur de la paix ne seront jamais oubliés. »

Cyril Mokoena avec CP

 

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *