2 minutes 8 mois

Le Serious Fraud Office (SFO) du Royaume-Uni a abandonné discrètement deux enquêtes de longue durée sur les sociétés minières Rio Tinto Plc et Eurasian Natural Resources Corp.

Cette décision est un revers pour l’agence qui a passé des années à poursuivre des soupçons de corruption dans le secteur des matières premières. L’enquête sur Eurasian Natural Resources Corp (ENRC), l’une des plus longues menées par le procureur, a été embourbée dans des controverses et des allégations d’enquêtes imprudentes contre le SFO.

Elle s’est concentrée sur des pots-de-vin présumés visant à obtenir des contrats miniers en République démocratique du Congo entre 2009 et 2012. Les militants anti-corruption et les députés britanniques se sont intéressés de près à la dépendance de la société minière du FTSE 100 à l’égard de sociétés écrans offshore dans le cadre d’opérations qui semblaient avoir généré des bénéfices considérablement gonflés aux intermédiaires au détriment des sociétés et des populations locales.

Les achats d’ENRC ont également été critiqués pour être à des niveaux nettement inférieurs à la véritable valeur marchande, ce qui signifie que l’entreprise et son partenaire auraient pu en tirer profit aux dépens de la population congolaise.

Coco Kabwika

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *